Expert Insight

Libère de l'impasse des consommateurs et des citoyens

Libère de l'impasse consommateur-citoyen. Facebook a jeté son chapeau dans le ring crypto en annonçant ses plans de lancement d'une monnaie mondiale, visant à devenir un moyen d'échange mondial. Que faire de cette initiative ? Quelle est son origine et où elle mène ? Dans cet article, nous examinons ces questions du point de vue des consommateurs et des citoyens et dans ce que nous appelons l'impasse consommateur-citoyen dans laquelle les individus du monde entier sont pris.
Il s'avère que l'initiative de Facebook ne fait qu'aggraver cette situation. L'Internet, comme le dit le vieux cliché, a rendu notre monde plus petit. Les frontières géographiques sont devenues moins pertinentes au cours des dernières décennies. Ce n'est pas seulement le commerce, le commerce et la circulation de l'information qui sont moins liés à la géographie, mais aussi ce que nous faisons et ce que nous voulons. Notre vie quotidienne est maintenant associée à des questions pour lesquelles l'échelle nationale n'est pas pertinente ou inefficace. À bien des égards, nous sommes citoyens du monde en plus d'être citoyens de nos États-nations respectifs.
Il n'est donc pas surprenant que nos gouvernements luttent (et souvent échouent) pour représenter nos préférences sur des questions qui ne sont pas intrinsèquement nationales, par exemple la réglementation des entreprises mondiales ou la protection de l'environnement. Il s'agit là d'un aspect de l'impasse : les citoyens ne sont plus représentés efficacement par leurs États-nations.
Qui représentent les sociétés ?
La révolution numérique, associée à la mondialisation et à l'agilité, à la motivation et à l'efficacité du secteur privé, ont contribué à un rôle croissant des entreprises dans notre vie quotidienne. Les grandes entreprises semblent combler un vide laissé par les gouvernements. Mais contrairement aux gouvernements, les entreprises ne représentent pas les intérêts de leurs consommateurs. Au lieu de cela, ils ont un objectif central et légitime : maximiser la richesse de leurs actionnaires. Donc, par définition, ils ne peuvent pas combler le vide représentatif. En d'autres termes, les puissants acteurs économiques qui ont une présence importante et croissante dans nos vies et qui les façonnent littéralement n'ont pas à coeur les intérêts des consommateurs.
C'est l'essence même de l'impasse entre consommateurs et citoyens — nous sommes pris entre notre État-nation, qui ne peut pas représenter efficacement bon nombre de nos préférences en tant que citoyens, et des entreprises qui sont agiles et efficaces, mais qui ne visent pas à nous représenter.
La monnaie mondiale et la Balance de Facebook
Les efforts déployés pour créer de l'argent mondial démontrent cette impasse. Jusqu'à il n'y a pas longtemps, les monnaies nationales répondaient à la plupart de nos besoins puisque le commerce et le commerce se produisaient à l'intérieur des frontières de notre pays. Ce n'est manifestement pas le cas aujourd'hui, et la nécessité d'une monnaie mondiale devient évidente.
Les États-nations et les institutions internationales ont été incapables ou réticents de fournir une solution globale. À cet égard, Facebook essaie de combler le vide avec Balance. Mais Facebook et les autres sociétés impliquées agissent au nom de leurs actionnaires, et non dans l'intérêt des détenteurs généraux de la Balance — dont les intérêts seraient faiblement représentés, le cas échéant.
En théorie, les forces du marché peuvent protéger les intérêts des consommateurs tant que le marché est concurrentiel et que les consommateurs ont la liberté de choisir le fournisseur de services qui correspond le mieux à leurs besoins. En réalité, nous avons vu que les forces du marché peuvent aboutir à des résultats inacceptables. À cet égard, la démarche de Facebook visant à rassembler un réseau de partenaires commerciaux solides autour de Balance limite le potentiel d'émission de devises concurrentes et limitera davantage le choix des consommateurs.
Du point de vue de l'impasse entre les citoyens et les consommateurs, la Balance est un développement pour le pire. L'argent — un service public fondamental — passe des mains d'entités représentatives (même si elles ont une efficacité limitée) à des entités qui se concentrent sur la maximisation des bénéfices et de la richesse des actionnaires à l'exclusion d'autres intérêts. De plus, l'initiative de Facebook risque d'usurper et de nuire au rôle essentiel des gouvernements, à savoir protéger leurs citoyens. C'est un autre clou dans le cercueil de la capacité de l'individu à influencer ceux qui sont au pouvoir et à protéger ses intérêts fondamentaux.
À notre avis, la solution à l'impasse entre consommateurs et citoyens consiste à créer des organisations qui opèrent à l'échelle mondiale et représentent leurs utilisateurs. Cela créerait une nouvelle « classe » — pas les consommateurs, ni les citoyens, mais les participants. Les participants définiraient l'avenir en participant à ces organisations représentatives non nationales. Ces organisations devraient travailler en parallèle et en collaboration avec les États-nations pour représenter les citoyens, en particulier lorsque les États-nations luttent et échouent.
En contraste frappant, la Balance créera une structure centralisée régie par une « association » non élue composée exclusivement de grandes institutions ayant acquis leurs droits de vote, tandis que les détenteurs de la Balance n'auront aucune voix. Et il est temps que nous comprenions que les États-nations et les entreprises ne peuvent pas répondre à bon nombre de nos besoins et attentes légitimes et que la révolution numérique nécessite également de nouvelles formes de gouvernance représentative.
Par Ido Sadeh, Fondateur et Président de la Fondation Saga

Articles Liés